Pour une société du partage

“Les consciences changent quand se produisent, conjointement, une révolution de la production d'énergie et une révolution des communications. Quand les deux se combinent, c'est bien tout notre rapport à l'espace et au temps qui change, notre modèle de civilisation. Et notre empathie qui s'élargit.” Jérémy Rifkin, Vers une civilisation de l'empathie.

Dans un monde de partage, des projets comme le partage de voitures, le troc de vêtements, les vélos en libre-service, les crèches parentales, l’habitat partagé rendent la vie moins chère à vivre, ravivent le lien social et diminuent notre empreinte écologique. Les succès remarquables de Wikipedia, Couchsurfing, Freecycle, Kiva, des logiciels open-source et des Creative Commons le montrent. Ils racontent une histoire magnifique sur la nature humaine, une histoire qui est encore trop peu reprise par les media traditionnels. Ils montrent ce qui devient possible lorsque nous nous mettons à partager. Ils montrent que nous n’agissons pas seulement pour notre intérêt mais aussi pour le bien commun. Ils montrent la voie à suivre pour résoudre les crises sociales et environnementales auxquelles nous sommes confrontés. Ils montrent qu’un monde nouveau est sur le point d’émerger où partage est synonyme de respect.

Ce paragraphe, issu et traduit de shareable.net, nous invite à comprendre le phénomène du libre et du partage. Il nous a donné envie à nous-aussi de vous faire partager ces initiatives stimulantes et ainsi accompagner l’émergence de communautés créatives d’innovateurs sociaux focalisés sur la dynamique du partage.

Nous faisons le constat que possession matérielle rime de moins en moins avec épanouissement personnel : nous vivons dans une société où la possession reste le symbole suprême de la réussite sociale, supposée réussite où l’accumulation de biens développe un individualisme exacerbé où l’inconnu est perçu en retour comme une menace.

Face à ce constat, nous partageons aujourd’hui une intuition, celle que nos sociétés vont considérablement évoluer : les nouvelles technologies, les réseaux sociaux et les nouveaux usages ont ouvert un champ des possibles que des innovateurs ont juste commencé à explorer ; un nouveau rapport à la consommation, à la politique et à l'autre se fait jour.

Si certaines de nos intuitions semblent se vérifier, nous sommes loin de disposer des certitudes suffisantes pour annoncer au monde que la solution est celle du partage : nous avançons à vue, nous écoutons, nous décryptons, et, évidemment, nous partageons.

"L’évolution rapide des modes de vie a permis de vivre « plus » : plus libres, plus riches, plus rapides… Mais vivre plus n’est pas forcément vivre « mieux ». La société qui l’a mise en son cœur est aujourd’hui en crise, réelle et idéelle, en panne de projet et de vision, comme épuisée par son succès et incapable de tracer d’autres lendemains." Erwan Lecoeur, sociologue, ancien Directeur de l’observatoire du débat Public

We are what we share

Les réseaux sociaux ont donné une dimension nouvelle au partage : le partage en ligne est le premier catalyseur du partage “in real life”. Partager de l’information, des statuts, des photos, des vidéos sur les réseaux ne se résume plus simplement à partager sa vie avec ses amis, mais prend aujourd’hui une signification nouvelle. Il s’agit dorénavant pour de plus en plus d’entre nous de faire partie de communautés où le partage est un des éléments fondateurs et initiatiques.

Partager devient un moyen de se construire au regard des membres de sa communauté et d’exister en retour. Le partage est un jeu à double regard. Il n’est pas rare d’entendre que celui qui ne partage pas « ne joue pas le jeu ».

L’importance que prend le partage dans nos vies est en train de modifier de façon notable et durable notre vie sociale. Les évolutions annoncées et souhaitables de la consommation et de la politique en sont deux témoins.

La consommation collaborative

L’émergence de la consommation collaborative est la première manifestation emblématique de la société du partage. De la mobilité partagée au troc de vêtements en passant par la vente directe, l’achat groupé ou la distribution collaborative, les styles de vie collaboratifs séduisent et rassemblent : colocation, covoiturage, coworking, couchsurfing, cohousing, colunching, et autres “co” se démocratisent

"Chez les consommateurs, qui sont aussi des individus, une demande de sens partagé se fait jour. Et l’acte d’échange est interrogé, comme les autres attitudes, par des groupes qui proposent de nouvelles réponses, de nouveaux comportements. Ces minorités agissantes sont le moteur des innovations et du changement social. Et parfois les plus marginales en apparence sont celles qui entraînent les majorités dans un basculement brusque, qui forment les lignes de fuite sur lesquelles se jouent les sorties de crise." Erwan Lecoeur

La politique du partage

L’ancienne politique était idéologique, organisée de façon verticale, centralisée et hiérarchisée. La nouvelle politique sera collaborative, horizontale, décentralisée et le pouvoir partagé, plus diffus. L'Islande et Singapour sont deux exemples de cette nouvelle politique déjà à l’œuvre.

"La génération du millénaire, elle, ne parle jamais d'idéologie ! Quand on lui soumet un projet, elle sort son artillerie de questions : votre projet est-il collaboratif, « open source », transparent et « non-excluant »" Jérémie Rifkin, interrogé par Télérama.

Raconter et diffuser l’histoire du partage

"Shareable est un magazine à but non lucratif qui raconte l’histoire des personnes et des projets qui donnent vie à un monde de partage. Nous souhaitons aujourd’hui vous raconter cette histoire car nous croyons qu’un monde de partage est synonyme d’une vie pleine aujourd’hui tout en posant les bases d’un monde meilleur demain. Et ce monde est créé par des personnes de différents horizons actuellement. Shareable est notre invitation pour rejoindre ces innovateurs aujourd’hui." shareable.net/about

"La clé, c'est l'histoire qu'on raconte aux nouvelles générations. Il faut que les gens comprennent qu'une autre histoire est possible que celle qu'on leur a racontée jusqu'ici. Nous avons développé le système politique, économique et culturel des Lumières en cinquante ans, entre la Révolution française et la première révolution industrielle. Pourquoi est-ce que ça nous prendrait plus de temps cette fois ?" Jérémy Rikfin

Derrière cette aventure, il y a le constat d’une génération qui doit inventer un monde nouveau et qui prend ce défi au sérieux mais aussi avec beaucoup d’optimisme et d’enthousiasme.

"La montée d’une génération plus tolérante, plus cosmopolite et moins consumériste, interroge nos modèles de société. Cette génération s'interroge sur la facture carbone, ne souhaite plus forcément s'enrichir ni avoir du pouvoir pour le pouvoir, elle veut une vie plus harmonieuse, moins nocive pour la planète." Jérémy Rikfin

Vous nous retrouverez donc de façon régulière sur ce media pour vous faire partager, en langue française, les derniers développements de l’économie et de la société du partage, le sens donné aux nouvelles communautés et des modes d’emploi pour vous initier aux styles de vie collaboratifs. Charge à nous que nos publications vous donnent envie de les adopter … ;-)

Crédit Flickr : Jens Rydén

2166

.